Dernières chroniques

                          

17/01/2017

Meg Corbyn, tome 1: Lettres écarlates

"Meg Corbyn est une cassandra sangue, une prophétesse du sang, capable de prédire l’avenir lorsqu’elle s’incise la peau. Une malédiction qui lui a valu d’être traitée comme de la viande par des hommes sans scrupules prêts à la taillader pour s’enrichir. Mais aussi un don qui lui a permis de s’échapper et va la pousser à chercher refuge chez les Autres. Là où les lois humaines ne s’appliquent pas. Même si elle sait, grâce à cette vision, que Simon Wolfgard causera également sa perte. Car si le chef des loups est d’abord intrigué par cette humaine intrépide, peu de choses la séparent d’une simple proie à ses yeux…"

"L'un des meilleurs romans bitlit de tous les temps" nous affirme t'on sur la couverture. Je ne me fie jamais à cela car c'est souvent exagéré et parfois faux, mais là je suis d'accord! Quelle merveilleuse surprise, je ne m'attendais pas à ça... Le synopsis nous en dit juste assez pour avoir envie de lire le roman sans en dévoiler beaucoup sur l'histoire. Je viens tout juste de quitter le monde créé par Anne Bishop et la seule chose que j'ai envie de faire à l'instant c'est d'y retourner. Je viens de commander le tome 2, je vais devoir attendre quelques jours, comment commencer une autre lecture après ça?
Bon, je vous explique un petit peu pourquoi ce roman est un coup de cœur pour moi parce que je suis pas sûre de vous avoir convaincu pour l'instant...
Je m'attendais vraiment à du Bitlit comme on en voit partout: une héroïne sexy, forte, avec du caractère, et un homme/loup ténébreux et sexy aussi bien sur, qui vont être super attirés l'un l'autre malgré les problèmes entre leurs différentes espèces, et une histoire qui tourne autour du sexe. C'est sympa mais pas toujours très innovant et parfois vraiment nul.
Mais Meg Corbyn n'a rien à voir avec ce genre, on y est même bien loin, c'est un mélange entre de la fantasy et du bitlit. On est plongé dans un monde un peu comme le notre niveau technologie mais totalement différent, même les jours de la semaine ne sont pas les mêmes. Les humains ne sont pas les maitres ici, ce sont les terra indigene: des créatures de toutes les sortes (métamorphes, êtres mythologiques, "vampires",...) dans des versions totalement revisitées. Ils n'ont rien d'humains même si ils peuvent en prendre l'apparence. Ils "cohabitent" avec les humains, ne les aiment pas du tout, et peuvent également s'en nourrir en cas de conflit (chouette l'ambiance hein).

Notre héroïne est une jeune femme qui est timide, douce et frêle. On s'attache de suite à elle et son innocence. Elle fuit un danger (dont je vous garde la surprise) pour en affronter un autre qui lui parait moins horrible, mais oser aller se cacher dans une zone réglementée par les terra indigene est presque suicidaire.
Simon Wolfgard notre fameux homme-loup, est comme on l'attends dans ce genre de roman: insupportable, toujours à grogner et faire le chef mais avec beaucoup de charisme. Il n'aime pas du tout Meg mais il a besoin d'elle alors il ne la tue pas (ouf on est sauvé l'histoire peut commencer...).
Il ne va pas devenir fou amoureux d'elle est en perdre la raison, non pas de ça ici, il n'y a même pas de romance dans ce premier tome, l'amitié prend une place plus importante. Il y a de nombreux personnages secondaires qui sont attachants malgré leur haine des humains, leur comportement est parfois drôle et curieux envers Meg. Ça fait plaisir de trouver des personnages aussi haut en couleur, au caractère bien trempé. 
 


J'ai vraiment beaucoup aimé découvrir toute cette magie qui se cache derrière ces personnages et l'univers des Terra indigene. Et je vous conseille vraiment ce premier tome! J'ai hâte de lire la suite.


Coup de cœur

2 commentaires:

  1. j'ai le 1er tome dans ma PAL, j'ai hâte de le découvrir ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'attends pas il est génial. J'espère que tu aimeras autant que moi ;)

      Supprimer