Dernières chroniques

                          

01/05/2015

Fille de l'eau de Emmi Itaranta


"Noria est encore adolescente quand, à la mort de son père, elle est nommée maître du thé de son village. Dans un monde qui tente de se relever d'une guerre qui a épuisé les réserves d'eau potable, la jeune fille est à présent garante des traditions d'un temps révolu et protectrice d'une source secrète que sa famille protège depuis toujours. Mais bientôt, les militaires de la Nouvelle Qian - le gouvernement qui régit la société - décident d'enquêter sur l'apparente abondance des ressources d'eau du village. Alors que l'eau se fait de plus en plus rare, Nora devra faire un choix : se battre ou coopérer?"

La fameuse lettre I pour le Challenge ABC de l'imaginaire 2015, une dystopie dont la sortie tombait à pic car c'est une lettre difficile à trouver dans les noms d'auteurs de l'imaginaire, qui l'aurait cru?
J'étais très impatiente de le commencer, j'aime les dystopies et les histoire d'eau à la Avatar (le dessin animé) mais malheureusement ce n'était pas du tout ce à quoi je m'attendais...
L'histoire se passe dans un futur où l'eau est une denrée rare et les dernières sources sont les propriétés de l'armée, qui distribue des rations, souvent trop faibles, aux gens. L'histoire se passe uniquement dans un petit village reculé de la Nouvelle Qian, je m'attendais à voyager, découvrir ce paysage désolé, secs et au final on ne "visite" que 2 ou 3 endroits de la ville. Je suis déçue de ne pas en savoir plus sur ce qu'il s'est passé exactement, mais l'auteur joue justement sur cet inconnu, est-ce l'homme qui a asséché la planète ou une catastrophe climatique? On a une probable explication sur cela mais rien de bien précis et c'est dommage.

Il y a très peu d'action, j'ai trouvé que l'histoire n'évoluait pas bcp, rien d'innatendu: on sait déjà tout dans le synopsis. Les maîtres de thé sont les gardiens de l'eau et Noria, notre héroïne, le devient, elle détient une source cachée et est surveillée par l'armée. Tout le long de l'histoire elle est surtout dans ses pensées, parle des cérémonies de thé, de l'eau, de la vie, elle est aussi tourmentée du fait d'avoir de l'eau alors que d'autres non et ne sait pas si cela est bien de ne pas partager,... Elle passe beaucoup de temps à essayer d'imaginer le monde tel que nous le connaissons: les saisons, la neige, les appareils électroniques qui lui paraissent bien futiles, les livres,...

Ce roman est écrit par moment comme une poésie avec de très belle phrases sur la vie, l'eau, un peu comme des dictons japonais. C'est très joli à lire mais pas particulièrement captivant dans un roman de 300 pages, j'ai mis pas mal de temps à le lire vu que j'étais pas plus captivée que ça... et pour ne rien arranger, j'ai trouvé tous les personnages sans intérêt, creux.

J'en conclus que cette lecture fut une expérience plutôt particulière: un genre que je ne connaissais pas et que j'ai découvert mais qui n'a pas satisfait mes attentes.

Lecture décevante

Note: 13/20

7/26

3 commentaires:

  1. c'est dommage que tu n'aies pas plus accroché :( mais c'est vrai qu"il est particulier ce livre!

    RépondreSupprimer
  2. Avec ma soeur, nous avons aussi choisi ce titre pour la lettre I de notre challenge de l'imaginaire, à croire que il y a pas beaucoup de noms d'auteur qui commencent par I ^^ Bref, je ne l'ai pas encore lu et ton avis me refroidit un peu, surtout que j'aime pas quand il se passe rien et quand les personnages sont fadasses. Hihi, je verrai bien mais ça n'est pas de bon augure ! ^^

    Kin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui la lettre I à été difficile à trouver et ce roman sortait pile au moment ou j'ai fait ma liste pour le challenge!
      Vu que l'écriture est particulière, l'idéal est de le lire pour pouvoir te forger ta propre opinion... Peut être seras tu surprise (on y croit :p mdr )

      Supprimer